Le véganisme et la relation avec les animaux

Le véganisme: renoncer à l’abattage et à la souffrance des animaux pour vivre dans un monde d’union.

Le véganisme et l'amour pour les animaux

Il y a quelques millions d’années, dans un monde en plein développement, dans une planète qui fleurissait à chaque instant, le royaume animal, le royaume végétal et le royaume des hommes cohabitaient en un équilibre parfait, précis et ordonné.

L’ambiance était pure, l’énergie légère. Les odeurs parfumaient l’air, les fleurs coloriaient la terre, les arbres nettoyaient l’air, les rivières ruisselaient sans déchets. La terre palpitait d’allégresse, la mer murmurer des prouesses. 

Les animaux vivaient en pleine liberté. L’être humain les admirait et imitait. Les vénérait et aimait. Dépourvus d’une pensée rationnelle, les animaux sont, quand même, des êtres intelligents, intuitifs et cohérents. Sans nécessité de penser, ils savent ce qui doit être fait.

Dans leurs yeux vous pouvez percevoir l’innocence de la vie dans son état le plus réel. La joie de vivre plus pure et élémentaire.

Les animaux sont des êtres qui s’aident entre eux, qui n’ont pas d’intérêts superficiels et vivent en paix. Dans leur royaume prévaut la sagesse, l’intelligence, l’intuition et la collaboration. Leurs valeurs dénotent du respect pour le monde des plantes. Dans leur sang coulent la fraternité, l’égalité et la liberté.

Le véganisme et le respect pour l'environnement

C’est vrai, les animaux carnivores doivent tuer pour survivre. Mais c’est la nature qui les a fait ainsi. Et comme ses fils plus parfaits et aimés, eux comme nous, avons le devoir de respecter cette loi. Parce que nous sommes aussi des animaux. Des animaux omnivores qui ont reçu le don de la pensée, mais qui n’ont pas su l’utiliser.

Mais ce n’est jamais tard pour rectifier, puisque nous sommes plus qu’une pensée. Nous sommes, comme tout être vivant sur Terre, des êtres avec un énorme potentiel. Des entités innocentes, authentiques et vivantes.

Nous devons utiliser ce don qui nous a été octroyé pour prendre soin du monde animal, respecter le monde végétal et vivre les préceptes de la spiritualité. Le changement ne doit pas être fait au moment. Le changement commence maintenant et dure toute une vie.

Mettre en place, peu à peu, le véganisme dans notre vie, c’est un grand pas pour obtenir l’harmonie. Vous ne devez pas le considérer une obligation, mais plutôt une forme de rédemption. Ou comme un don que vous réalisez et qui, peu à peu, se transforme en un acte pour l’union.

Les animaux sont des êtres qui doivent être respecter, puisque, comme nous, ils pensent, d’une façon plus intuitive, et sentent. Ils sont capables de se souvenir l’endroit exact dans lequel ils ont né, de s’adapter à n’importe quelle perturbation, de s’aider sans chercher quelque chose en échange.

Si vous observez deux canards se chamaillaient, l’instant d’après, ils se seront pacifiés. Ils pourront même s’aider, sans prendre en compte l’expérience antérieure, et s’aideront, si la nécessité le demande.

C’est ce que nous devons aprendre des animaux. Vivre sans ressentiments, agir pour le bien-être et l’union.

Au début, il se peut que le véganisme vous semble un non-sens, que vous sentiez une incroyable abstinence. Mon conseil est de persévérer, même si le chemin est plein d’obstacles. Quand vous sentez, dans les profondeurs de votre être, cette connexion intérieure qui tout l’unit, quand vous comprenez que la douleur infligée aux animaux est un reflet de votre état d’esprit, vous savez que vous devez aimer tout ce qui est, et vous détacher de vos intérêts.

Peu à peu, avec beaucoup de patiente, un amour profond et un désintérêt absolu, vous pouvez obtenir la sérénité éternelle. Et voir dans la nature, votre être suprême.

2 Comments

  • Odile
    3 years ago

    Un texte très bien écrit, l’imaginaire est très présent, ne pas oublier que l’homme reste un chasseur, pour survivre il a du utiliser le monde végétal, et animal. De même que les animaux se comportent de la même manière.
    Le monde évoqué dans le texte renvoie à un monde paradisiaque que symbolise l’Eden.. A partir du monde ou l’homme est redescendu sur terre, il utilise les nourritures terrestres.
    Dans notre monde actuel, il serait temps que l’homme prenne en compte l’environnement animal et végétal….

    • maeknapnougel
      3 years ago

      Je suis tout à fait d’accord avec toi. Mais je penses que dans le passé l’homme était chasseur puisqu’il ne disposait pas des ressources nécessaires pour se garantir une alimentation correcte et complète avec des végétaux, des fruits, des graines et des légumineuses. Cependant, nous savons désormais que l’homme possède une mâchoire similaire aux herbivores, et non pas aux carnivores, ainsi qu’un système digestif qui a des difficultés à assimiler la viande. Actuellement, en vue de l’état de la Planète, je considère nécessaire commencer à incorporer dans notre routine quotidienne quelques plats vegans. Au fur et à mesure, avec une grande patience, la conscience facilite ce chemin.
      Merci beaucoup Odile pour ce commentaire. Ça m’aide à améliorer et a être plus précise dans mes textes.
      Gros bisous ma belle!

Laissez un commentaire

Related Posts